L’Albatros en 1995

Souvent pour s’amuser, les hommes d’équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.
Charles Baudelaire - L’Albatros-Les Fleurs du mal - 1859

En 1995, quand on a acheté cette maison, on arrivait de Vauréal. Toute notre vie, toutes nos activités associatives se faisaient sur Vauréal, on habitait Courdimanche, mais on ne sentait pas courdimanchois ; les seuls contacts physiques avec cette ville, c’était quand on allait à la mairie ou pour voter, car géographiquement, on est beaucoup plus près de Vauréal.

J’ai commencé à me sentir de Courdimanche quand on m’a demandé de participer à une liste électorale, en 2003 la première fois. Et la deuxième fois, aux dernières élections, j’ai découvert Courdimanche presque physiquement.